04 Sep

L’alarme d’une maison vide sonne pendant… 103 heures

103 heures au total, en deux week-ends. L’alarme d’une maison vide à Dour (Belgique) a sonné non-stop du samedi au lundi, deux semaines de suite. De quoi rendre fous les voisins, du moins les plus proches de ce fléau sonore.

« Pendant la journée, ça va encore. Enfin, à condition de fermer toutes les fenêtres et d’augmenter le volume de la radio. Comme ça, on arrive encore à faire abstraction de ce bruit continu si irritant. Mais la nuit, impossible de ne pas l’entendre », témoigne Laurence Saussez. Cette habitante de Dour, en Belgique, près de Bruxelles, a subi deux très longs week-ends à la suite des caprices de l’alarme d’une maison voisine.

L’alarme a ululé sans reprendre haleine du samedi 20 juillet à 14 heures au lundi 22 à 20 heures, et a remis ça le week-end suivant, du samedi 27 juillet 7 heures jusqu’à ce lundi 29 après 8 heures soit 103 heures de « ouin-ouin-ouin-ouin ». Audible de l’extérieur, l’alarme a retenti dans une maison inoccupée pour le moment car ses propriétaires sont partis vivre à l’étranger.

Impossible d’intervenir

Naturellement, les voisins ont cherché à faire cesser cette nuisance en prévenant police, pompiers et bourgmestres… Le premier week-end, la police se déplace mais ne peut pas intervenir concrètement. Le lundi, la police réussit à contacter un membre de la famille des propriétaires qui vient d’Allemagne pour éteindre l’alarme. Les voisins pensent le problème résolu et s’apprêtent à passer un week-end au calme, sans alarme en fond sonore. Mais celle-ci retentit de nouveau.

Laurence Saussez rappelle la police. « J’étais confiante ; je me disais : maintenant, ils ont tout en main pour régler le problème. Les clefs et le code avaient été déposés à la police », croit savoir la Douroise. Mais les policiers qui lui répondent ne sont pas au courant. Le samedi et le dimanche -nuits comprises- se passent donc dans un nouveau concert de couinements. Lundi 29 juillet, la police de proximité intervient et le problème devrait, cette fois, être vraiment réglé.

Pourvu que ça dure…


source : http://www.lemessager.fr